On pourrait aussi bien dire " De l’accordéon au bandonéon" ou
"Du bal musette à la milonga" , nom du bal tango à Buenos Aires

 

Suite à la dissolution de l'association, le club cesse ses activités.

«  … la danse ne doit pas être un exercice d’acrobates, ni une promenade galante et précipitée, mais bien plus heureusement, plus simplement, aussi, un accord du geste et du rythme, une intégration de la musique dans le cœur de l’homme, et, en définitive, une musique animée dont la vertu est celle d’un art parfaitement digne… »

«  … il ne faut pas appeler un bon danseur celui qui, doué de souplesse, bien vêtu, droit et sans raideur, connaît les secrets de toutes les figures et les fantaisies de tous les pas. Il faut appeler un bon danseur celui qui, convaincu que son jeu n’est pas une simple circonstance mondaine, prouve, par son maintien et sa discrétion, qu’il éprouve toutes les suggestions de la musique et qu’il obéit à toutes les impulsions de l’orchestre. »

Petit texte issu de « L’éloge de la Danse », de F. Jean-Desthieux   (1921).

L'auteur y consacre un chapitre aux danses de couple à la mode, Tango, Fox-trot, One- step.

Jean Desthieux est un écrivain et poète français né à Saint-Étienne en 1895, mort à Montpellier en 1944.
Fondateur de l'Académie méditerranéenne et de la revue Heures perdues, il fut journaliste à L'Intransigeant, au Figaro, aux Nouvelles littéraires, au Mercure de France, etc. et fut l’auteur de nombreux romans et essais.

 

Dernière mise à jour : 26/02/2014 - Mentions légales
Tous droits réservés 2009-2013 "De Nevers à Buenos Aires" - Réalisation du site : Créa-Commes